Voyage aux Maldives Annick et Olivier

Carnet de plongée les gris de HAFSA TYLA ,

 

De retour des Maldives,un peu de soleil en hiver.

Il est 8h,le dhoni (bateau typique des maldivien adapté à la plongée) attend sur le ponton,à peine bercée pat les eaux tièdes du lagon,

Je ne porte que ma serviette et ma combi 3 mm,car ici ,tout est fait pour notre confort,le matériel,la bouteille nous attendent à bord,bien rangé,équipé,la caisse de petits matériels en dessous des bancs,

L’équipage me fait un signe amical et je rejoins le toit du bateau avec Annick afin de profiter du soleil de la ballade jusqu’au fameux site de HAFSA TYLA et ses gardiens : les requins gris de l’océan indien ;

Betty ,la responsable du club Euro diver nous fait un brief en anglais très détaillé.

L’idée ,c’est de sauter en négatif du dhoni qui continue sa course,rejoindre le fond le plus rapidement possible,garder le tyla (on dirait un sec à Marseille) en visu pour ne pas le louper et après on verra bien en fonction du courant,

Après 30 minutes de navigation,le bateau est sur zone,le spot est repéré au gps,

L’équipage nous équipe,il y en a même un qui veut m’aider à mettre ma combi,c’est presque gênant d’autant qu’il laisse tomber Annick et ose à peine la toucher,hé oui ,nous sommes chez des musulmans intégristes et toucher ou regarder une femme en maillot de bain,,,,,,,

Nous sommes prêt,au signal on se jette à l’eau,

Immédiatement je palme en canard vers le fond pour prendre le plus de vitesse possible,j’ai Annick en visu et le tyla,c’est bon j’ai des repères,vite rattraper le tyla en luttant contre le courant sans trop consommer ,finalement les séances de palmage c’est utile ,

Je palme amplement et mes quattros me font progresser vers le récif,on est à 25 mètres

environ quand j’aborde la paroi du tyla ou un premier petit requin pointe blanche me détale entre les palmes,

Annick shoote une raie aigle qui s’envole devant nous,

Ça y est ,je suis sur le tyla,le courant de face est très violent,un véritable mistral sous marin qui fait vibrer le détendeur,les poisons sont des centaines par bancs et des carangues chassent en meutes,

La progression sur le plateau est difficile et on doit s’aider de nos crochets en acier pour avancer presque mètres par mètres,

Nous parvenons du coté est la ou le courant est le plus fort,juste avant j’ai failli mettre la main sur un poison pierre qu’Annick a vu à temps et m’a éviter le pire,

On s’accroche au rocher,stab gonflée en positif pour ne rien accrocher et surtout pas ses saloperies de poissons pierre,

Suspendu à notre crochet,on assiste au ballet des requins gris,ils sont la à marauder dans les bancs 4 peut être 5 ,Les thons foncent comme des missiles sur les petits poissons qui ne se déplacent qu’en banc de 1000 ou 2000 individus,

Je me retourne,un pointe blanche est derrière moi avec les carangues et surtout pleins de poissons écureuil gros yeux qui font mine de se cacher derrière les plongeurs (aller les gars on vous avez pas vu,,,),

Un gros gris que j’appelle Prosper passe à un mètre de moi,l’animal est superbe,élancé,taillé pour la chasse,une vraie arme de guerre,

Prosper me voit,me jauge,me renifle,je sens derrière moi la présence d’Annick inquiète ;

Prosper repasse encore plus près comme pour se faire admirer devant le ridicule humain que je suis même pas capable de respirer dans l’eau et qui ne tiens pas fasse au courant,il fait demi tour et me frôle,

J’ai compris Prosper,c’est chez toi ici je me recule,décroche mon crochet et me fait humble face à ce prédateur de plus de 2 mètres,

Soudain ,un gros boum,,, , ??? un flexible qui lache ,, ??? Non tout simplement un banc qui éclate d’un coup,les thons rentrent en scène et dévorent les poissons dans un véritable carnage,

Les requins assistent impassibles au festin,ils sont trop fiers pour partager,leur tour ce sera cette nuit entre eux,

Après 30 minutes de spectacle,on décroche et on dévale le plateau boulé par le courant,je débusque une tortue débonnaire,oups pardon je voulais pas déranger,,,

Les coraux sont magnifiques et abritent des centaines de poissons colorés et craintifs stresses de ce qui les attends sur le bord du tombant,

Le temps passe trop vite en bonne compagnie,l’ai va nous manquer et les paliers ne sont pas loin,nous nous laissons glisser dans le bleu infini de l’océan,plus des repères à part la surface et l’ordinateur,je lance mon parachute,mes 10 mètres de corde s’envolent vers la surface,

Mon ordi affiche 4 minutes,4 minutes suspendus dans le néant,le plancton est partout et on dirait qu’il neige autour de nous,je regarde souvent sous mes palmes au cas ou,,,,,

C’est la remontée vers notre monde,j’arrive en surface ,gonfle mon gilet et déjà le dhoni est sur nous,viens vite nous chercher on a du monde sous les palmes,

 

OLIV Plongée sur hafza thilla du 14 février 2014 atoll ari nord,