Carnet de plongée – 19 avril 2014

Marseille Pointe Rouge.
Gilles, Vincent, Daniel, Jean-Pierre, Flo et moi.
Échange de mails jeudi dans la journée pour caler la logistique.
Après un débat sur la parité, un concours de beauté masculine lancée par Daniel. Finalement, les statuts du CSTT n’étant pas très clairs nous nous plions à la décision de notre président. Ce sera Daniel, JP et Gilles d’un côté, Flo et moi avec Vincent, le matin. Fin du débat.
Départ à 6h du CSTT.
On jette un œil sur la météo : journée ventée… Depuis l’A7: on voit la mer qui moutonne… Mais le soleil est au rdv.
Arrivée à la Pointe Rouge.
Allez, on s’équipe. Bateau numéro 3. Il va y avoir du sport : sortie du port, la houle nous interdit de rester assis ça secoue comme à la vogue, c’est même carrément « tape-cul » ou « Rodéo Road » comme le dit joliment Sophie, notre capitaine, trempée jusqu’à l’os (en fait, Sophie a utilisé une toute autre expression qui a brutalement réveillé nos garçons)
Arrivée aux Farillons. La consigne est claire. On reste à l’abri, nous n’irons donc pas découvrir le Liban aujourd’hui. Briefing pour l’orientation : départ main droite et direction les deux cailloux et leurs arches.
Début de descente, en deux temps et en douceur, Vincent a du mal à passer ses oreilles.
Arrivée face à la faille, Vincent part main gauche. Flo et moi, interloquées suivons. Vincent n’aime pas la foule ? Trop de bulles à droite ? (Ou envie d’un moment privilégiée avec les filles ???)
Finalement nous repartons main droite. Un magnifique bouquet de clavelines sur le tombant nous accueille pour une plongée pleine de belles surprises : des gorgones bĺanches, une rascasse, des vers plats bleu et jaunes, des flabelines, une langouste, une galatée,
Dans la faille des arches, c’est un festival de couleurs : mimosa de mer, éponges, corail rouge, gorgones.
Il est temps de faire demi-tour, mais elle m’embête cette lampe de location,  elle se rallume pas. Heuu, tourne dans le bon sens, ça marchera mieux, avant qu’elle prenne l’eau. Oups, trop tard…
Pour faire passer le temps au palier, Vincent lance une partie de ciseaux, feuille, cailloux… Le moment de la remontée arrive. Vincent prend le temps de démêler son parachute, Flo est morte de rire,  heureusement qu’on n’a pas chronométré la sortie.
Surface, sortie sur le tombant de l’île Maire, il va falloir palmer c’était convenu comme ça dès le départ. Vincent palme, moi creuvée pas envie, je m’accroche au parachute, cachée par Flo, je me laisse  tractée par Vincent. (Tractée ou j’ai bien dit tractée!).
Vincent se rend vite compte du subterfuge et me voilà obligée de palmer.
42 minutes 38 mètres 15 degrés (mais non Gilles elle pas froide, ça change de Gwada)
2nd Rodéo Road pour le retour. Ça balance pas mal à Marseille aussi…
Pique-nique, sieste au soleil et nous voilà répartis.
Direction la grotte à Perez : départ main gauche, la grotte est à 17 mètres de l’autre côté du tombant.
Les duos de palanquées: Gilles et JP, Flo et Daniel, Vincent et moi. Finalement on décide de partir à 4.
c’est un festival de Gorgonocéphales. Qu’est-ce que ça doit être beau de nuit quand elles se déploient.
Les crenilabres et leurs couleurs vives n’ont rien à envier aux poissons perroquet de Gwada (n’est-ce pas Gilles? Quoi? , Tu t’en fous ! Elle est trop froide de toute façon l’eau)
Arrivée dans la grotte s’est encore le festival des couleurs (merci Vincent et Flo pour la lumière, de mon côté j’ai renoncé à ma lampe de location qui est devenue mienne après une vente forcée pour dommage sur matériel. Mon nouvel équipement sèche dans la voiture de Vincent!
Après avoir croisé une murène à l’aller, nous trouvons une mostelle au retour en farfouillant dans les creux de la roche.
Nous suivons un petit triptérygion jaune et noir qui nous amène vers une anémone. On cherche, on cherche, une petite crevette nettoyeuse, sans succès. Avant de partir, je crois la voir minuscule, pas sûr!
Flo et Daniel nous appellent pour jouer avec un poulpe de beau gabarit juste derrière nous. Même pas vu au passage.
Petit palier et par faute d’intention, je file un peu trop vite vers la surface, me ressaisie avant de percer, rejoints Vincent pour finir nos paliers. Procédure, procédure. Vincent me dira que ça arrive, que j’ai eu le bon réflexe en redescendant au plus vite. C’est pas tout d’avoir son niveau 2, il faut plonger, pour progresser et toujours plonger « plaisir et sécurité ».
36 mètres, 45 minutes…
Retour vers Sophie détrempée et frigorifiée  qui nous attend. Nouveau rodéo sur les vagues. Vite une douche chaude…
Le soleil et le thé nous réchauffe avant de repartir… Une belle journée vraiment…

Pour conclure : Flo et Vincent qui s’entraident avant de monter sur le bateau :
Flo – « Merci… »
Vincent – « De rien… »
Flo – « Mais merci »
Vincent – « Mais de rien… »
Flo – « Non, mais quand même merci. »
Vincent – « vraiment de rien »
Flo – « Arrêtes, tu l’acceptes mon merci!!! »
Ils vont quand même pas en venir aux mains pour un merci. Trop aimables tous les 2!